Galilée (4,12-25)

Matthieu 4,12-25

Commentaire

12 Quand Jésus eut appris que Jean avait été mis en prison, il se retira en Galilée.
13 Et laissant la ville de Nazareth, il vint demeurer à Capharnaüm, sur les bords de la mer, aux confins de Zabulon et de Nephtali,
14 afin que s’accomplît cette parole du prophète Isaïe :
15  » Terre de Zabulon et terre de Nephtali, qui confines à la mer, pays au delà du Jourdain, Galilée des Gentils !
16 Le peuple qui était assis dans les ténèbres a vu une grande lumière ; et sur ceux qui étaient assis dans la région de l’ombre de la mort, la lumière s’est levée !
17 Dès lors Jésus commença à prêcher, en disant :  » Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche.  »
18 Comme il marchait le long de la mer de Galilée, Jésus vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André son frère, qui jetaient leur filet dans la mer ; car ils étaient pêcheurs.
19 Et il leur dit :  » Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes.  »
20 Eux aussitôt, laissant leurs filets, le suivirent.
21 S’avançant plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, dans une barque, avec leur père Zébédée, réparant leurs filets, et il les appela.
22 Eux aussi, laissant à l’heure même leur barque et leur père, le suivirent.
23 Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans leurs synagogues, prêchant l’évangile du royaume de Dieu, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple.
24 Sa renommée se répandit dans toute la Syrie, et on lui présentait tous les malades atteints d’infirmités et de souffrances diverses, des possédés, des lunatiques, des paralytiques, et il les guérissait.
25 Et une grande multitude le suivit de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée et d’au delà du Jourdain.
Après le passage au désert, voici plusieurs épisodes qui tournent autour d’un séjour de Jésus en Galilée. Le premier justifie ce séjour au nom de l’Écriture et rappelle l’appel à la conversion qui a constitué la première prédication de Jésus ; le deuxième évoque l’appel des disciples ; le troisième, très général et qui a tout d’un sommaire à la manière de Luc, rapporte les premiers succès de Jésus.

Considérons donc le premier épisode. Jésus se retire en Galilée, où il se sent plus en sécurité. Mais pas n’importe où en Galilée, pas à Nazareth où il eût paru logique qu’il se rende, mais au nord du lac de Tibériade. Autrement dit, comme le note Matthieu, aux confins de ce territoire mal connu de Zabulon et Nephtali, qui semble s’étendre, selon ds éléments quelque peu contradictoires de l’AT (Gn 49,13 ; Jos 19,10), à l’ouest du lac. Pourquoi de tels détails géographiques sinon parce qu’ils offrent à Matthieu la possibilité d’un rappel prophétique, et théologique, qui justifie déjà la mission vers les païens (ou nations).

C’est donc le début de la prédication de Jésus, fondée sur le thème de la proximité du Royaume de Dieu, ou plutôt des cieux chez lui (3,2 ; 5,3 etc. : cf. le commentaire de 3,1-12 plus haut)). Cette thématique se retrouve à l’identique chez Marc (1,15) et Luc (10,9), elle était très certainement au cœur de la prédication de Jésus : elle dit l’urgence d’une décision de la part des auditeurs.

C’est précisément cette urgence (« à l’heure même ») qui est prise en compte par les disciples dans le deuxième épisode : ils laissent leur travail et leur famille (« leur barque et leur père ») pour suivre Jésus. On ne connaît pas la réaction du père, ni en tant que père, ni en tant que patron d’une entreprise de pêche qu’ils risquent de « couler » : il est bien possible que s’applique ici l’avertissement de Jésus en Lc 14,26.

« Suivre » est la marque du disciple, le maître précède. Et une question, souvent négligée, peut se poser ici : de qui Jésus fut-il le disciple, avant d’être reconnu pour maître (Rabbi) ? L’épisode du recouvrement au Temple marque à sa manière l’existence d’un tel questionnement (Lc 2,41-44), mais quitte à proposer une réponse, celle qui expliquerait au mieux l’ensemble des textes serait d’imaginer une forme d’adoubement par Jean-Baptiste, dont Jésus fut très certainement disciple (cf. commentaire de 3,1-12 plus haut).

Comme il a été dit, le troisième épisode se rapproche au plan formel des « résumés », dont Luc est lui coutumier. D’ailleurs, on retrouve en Mt 9,35 pratiquement le même « résumé » que celui du verset 23.

Ce qui est notable dans le propos de Matthieu est qu’il présente les foules comme « suivant » Jésus (v. 25), mais cette « suite », très intéressée, n’a rien à voir avec celle des disciples. Elles suivent un thaumaturge, autrement dit un guérisseur et faiseur de miracles comme il en existait d’autres à l’époque, mais non pas un maître.

 

Share This: