L’annonciation de Jean-Baptiste (1,5-25)

Luc 1,5-25

Commentaire

5 Aux jours d’Hérode, roi de Judée, il y avait un prêtre, nommé Zacharie, de la classe d’Abia ; et sa femme, qui était une des filles d’Aaron, s’appelait Élisabeth.
6 Tous deux étaient justes devant Dieu, marchant dans tous les commandements et ordonnances du Seigneur, d’une manière irréprochable.
7 Ils n’avaient point d’enfants, parce qu’Élisabeth était stérile, et ils étaient l’un et l’autre avancés en âge.
8 Or, pendant que Zacharie s’acquittait devant Dieu des fonctions sacerdotales, dans l’ordre de sa classe,
9 il fut désigné par le sort, selon la coutume observée par les prêtres, pour entrer dans le sanctuaire du Seigneur et y offrir l’encens.
10 Et toute la multitude du peuple était dehors en prière à l’heure de l’encens.
11 Mais un ange du Seigneur lui apparut, debout à droite de l’autel de l’encens.
12 Zacharie, en le voyant, fut troublé, et la crainte le saisit.
13 Mais l’ange lui dit :  » Ne crains point, Zacharie, car ta prière a été exaucée ; ta femme Élisabeth te donnera un fils que tu appelleras Jean.
14 Il sera pour toi un sujet de joie et d’allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance ;
15 car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira ni vin, ni rien qui enivre, car il sera rempli de l’Esprit-Saint dès le sein de sa mère.
16 Il convertira beaucoup d’enfants d’Israël au Seigneur leur Dieu ;
17 et lui-même marchera devant lui, dans l’esprit et la puissance d’Élie, pour ramener les cœurs des pères vers les enfants, et les indociles à la sagesse des justes, afin de préparer au Seigneur un peuple parfait.  »
18 Zacharie dit à l’ange :  » A quoi reconnaîtrai-je que cela sera ? Car je suis vieux, et ma femme est avancée en âge.  »
19 L’ange lui répondit :  » Je suis Gabriel, qui me tiens devant Dieu ; j’ai été envoyé pour te parler et t’annoncer cette heureuse nouvelle.
20 Et voici que tu seras muet et ne pourras parler jusqu’au jour où ces choses arriveront, parce que tu n’as pas cru à mes paroles, qui s’accompliront en leur temps.  »
21 Cependant le peuple attendait Zacharie, et il s’étonnait qu’il demeurât si longtemps dans le sanctuaire.
22 Mais étant sorti, il ne pouvait leur parler, et ils comprirent qu’il avait eu une vision dans le sanctuaire, ce qu’il leur faisait entendre par signes ; et il resta muet.
23 Quand les jours de son ministère furent accomplis, il s’en alla en sa maison.
24 Quelque temps après, Élisabeth, sa femme, conçut, et elle se tint cachée pendant cinq mois, disant :
25  » C’est une grâce que le Seigneur m’a faite, au jour où il m’a regardée pour ôter mon opprobre parmi les hommes. « 
Dans un premier temps, ce qui frappe est ce côté très vétérotestamentaire (= marqué par l’Ancien Testament) de la présentation de Zacharie et Élisabeth : ce sont des justes, pieux, irréprochables dans leurs usages religieux (comme d’ailleurs saint Paul le dira de lui-même en Ph 3,5s).

Et l’évangéliste insiste sur la prêtrise, sur le fait que l’annonciation va avoir lieu dans le Temple, à Jérusalem (cette ville représente symboliquement beaucoup pour Luc). Comme un aboutissement et un nouveau commencement.

En d’autres termes, on peut dire qu’ils « représentent » tout cet Ancien Testament. Lequel est, hélas !, marqué par la stérilité de sa lignée sacerdotale, en particulier du côté d’Élisabeth, fille d’Aaron, mais aussi de Zacharie, prêtre… Mais de quelle stérilité est-il question ? Physique sans doute, mais peut-être bien aussi dans l’esprit du rédacteur, spirituelle : « ils étaient avancés en âge » (v. 7), autrement dit de manière très familière, ils étaient en bout de course.

Le rituel se poursuit, comme si de rien n’était, et Zacharie entre dans le sanctuaire, au nom de tout le peuple qui attendait dehors, et voilà qu’une rencontre inattendue et bouleversante (v. 12) se produit, celle de l’Ange du Seigneur (figure classique de l’Ancien Testament, qui évoque Dieu lui-même) : le rituel est comme cassé, la répétition n’est plus de mise, le ciel s’est ouvert.

Il s’agit bien d’un message de délivrance, par le biais d’une naissance miraculeuse qui engendre à son tour un monde nouveau. Le cours des événements peut reprendre, mais il n’est plus le même. Il n’est peut-être pas exactement celui qu’attendaient Zacharie et Élisabeth : l’enfant à naître s’apparente à un nazir, une sorte de consacré comme le furent Samson (Juges 13,3-5) ou Samuel (1 Samuel 1,20-28), et il ne va pas engendrer une nouvelle lignée ; son rôle est d’annoncer l’irruption d’une autre lignée, devant laquelle il marche. Une lignée constitutive d’un « peuple parfait » : la BJ traduit « bien disposé » et la TOB « préparé », l’idée est proche de celle de l’athlète qui est fin prêt pour l’épreuve.

Comme pour tout prophète, la mission confiée à Jean-Baptiste représente fondamentalement un appel à la conversion : le verbe employé au verset 16, classique dans cette perspective, l’atteste. Ce sera précisément le message délivré par Jean-Baptiste, reprenant celui d’Élie: « convertissez-vous » (Luc 3,1-14). Sans doute faut-il signaler ici qu’il ne s’agit pas d’abord, dans une perspective biblique, d’un effort moral, de la réalisation de « bonnes actions », mais bien de « se tourner vers », de choisir résolument la bonne direction : les bonnes actions en découleront.

La suite du récit tourne autour de la réaction de Zacharie, dont le traitement par le Seigneur ne manque pas de poser question : Zacharie s’interroge, comme le fera Marie elle-même, lui parce qu’il est avancé en âge, elle parce qu’elle est vierge. Pourquoi donc la question de Marie est accueillie par le Seigneur, alors que celle de Zacharie lui vaut le mutisme jusqu’à la naissance ? L’ange du Seigneur affirme que Zacharie n’a pas cru, mais la question ne le montre absolument pas, sauf au prix d’une lecture justificatrice de l’action divine. Il est plus logique de penser que ce mutisme a une valeur théologique : il marque précisément la fin d’une époque « qui n’a plus rien à dire » sur le plan du salut, et Zacharie ne retrouvera la voix qu’avec la naissance de son fils, et l’entrée dans une nouvelle ère.

 

Share This: