Paul et l’art épistolaire

Jerome MURPHY O’CONNOR, Paul et l’art épistolaire, Paris, Editions du Cerf, 1994, 224 p.

Ce petit livre est une merveille d’écriture. L’A. a choisi de présenter les lettres de Paul d’un strict point de vue formel, à partir des techniques et modèles d’écritures connus à l’époque de l’Apôtre. Ce qui nous vaut d’innombrables et très suggestifs aperçus sur la manière de rédiger une lettre, sur les auteurs et co-auteurs (et par contrecoup sur la question du ’je’ et du ’nous’ dans les lettres de Paul), sur l’ordonnancement d’une lettre etc. Bien sûr, dès que Paul déroge aux lois du genre, et il le fait souvent sur pas mal de points, l’A. cherche à en donner une ou plusieurs raisons, ce qui contribue à éclairer indirectement la théologie de l’Apôtre.

Largement débiteur de certains prédécesseurs qu’il cite abondamment, en particulier Richards, l’A. n’en fait pas moins oeuvre originale grâce à tous les textes de l’Antiquité qu’il cite, grâce à sa connaissance intime de l’oeuvre paulinienne, grâce surtout à la clarté bien connue de son exposition. On pourra discuter certaines de ses affirmations, par exemple sur le caractère composite de Philippiens ou sur l’inauthenticité de 1 Timothée et Tite par rapport à 2 Timothée, surtout quand ces affirmations jouent un rôle dans les conclusions, mais on ne pourra rester indifférent à tout ce que ce regard original apporte de nouveau, par exemple dans la question de la vraie place des co-auteurs dans la rédaction des lettres.

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *