Une légende tenace : le retour de Paul à Antioche après sa mission en Macédoine et en Grèce (Ac 18,18 – 19,1)

A. BUNINE, Une légende tenace : le retour de Paul à Antioche après sa mission en Macédoine et en Grèce (Ac 18,18Ac 18,18
French: Louis Segond (1910) - SEG

18 Paul resta encore assez longtemps à Corinthe. Ensuite il prit congé des frères, et s`embarqua pour la Syrie, avec Priscille et Aquilas, après s`être fait raser la tête à Cenchrées, car il avait fait un voeu.  

WP-Bible plugin
– 19,1)
, Coll. ’Cahiers de la Revue Biblique’ n° 52, Paris, Gabalda, 2002, 1 vol. de 144 p.

Dans une recension d’un ouvrage de Boismard-Lamouille sur les Actes des Apôtres, parue dans la Revue Thomiste (Vol. XC, 1990, p. 505-506.), j’avais écrit que le travail proposé se signalait par la qualité de l’analyse plus que par la synthèse que proposaient nos deux commentateurs sur le texte occidental : cette synthèse reposait sur trop d’hypothèses qui, loin de la soutenir, la fragilisaient. Le travail proposé maintenant par A. Bunine encourt le même reproche : considérant la synthèse de Boismard-Lamouille, il veut, à partir d’une analyse indépendante, en montrer le bien-fondé à partir de l’analyse d’Ac 18,18Ac 18,18
French: Louis Segond (1910) - SEG

18 Paul resta encore assez longtemps à Corinthe. Ensuite il prit congé des frères, et s`embarqua pour la Syrie, avec Priscille et Aquilas, après s`être fait raser la tête à Cenchrées, car il avait fait un voeu.  

WP-Bible plugin
– 19,1, un passage connu pour ses difficultés, voire ses incohérences ; mais si les remarques sont justes, leur interprétation laisse sceptique.

Pour au moins deux raisons. D’abord parce que, comme l’avoue indirectement l’A., ces incohérences naissent de la considération du TO plus que du textus receptus lui-même : ’ce texte est étrange à plus d’un titre, surtout quand on le lit, comme il convient de le faire, avec les additions propres au TO’ (p. 25). Et ensuite parce qu’elles peuvent trouver des interprétations beaucoup plus simples que celles postulées par notre commentateur, qui semble partisan déclaré du principe bien connu ’pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?’ ; à preuve ce commentaire sur les versets 19b-21b : « L’hypothèse la plus naturelle et la plus communément avancé est de supposer que les versets 19b à 21b (TA) ont été ajoutés à la source pour réserver à Paul l’honneur d’avoir été le premier à porter la bonne nouvelle à Éphèse (…) L’hypothèse est effectivement séduisante. Son principal défaut est sans doute d’être un peu trop évidente » (p. 26).

A partir de là, tout est possible bien sûr. Y compris les conclusions de l’A. : ’On peut rendre compte de toutes les étrangetés d’Ac 18,18Ac 18,18
French: Louis Segond (1910) - SEG

18 Paul resta encore assez longtemps à Corinthe. Ensuite il prit congé des frères, et s`embarqua pour la Syrie, avec Priscille et Aquilas, après s`être fait raser la tête à Cenchrées, car il avait fait un voeu.  

WP-Bible plugin
– 19,1.8 (et de ses variantes) après avoir dégagé, indépendamment des conclusions de Boismard-Lamouille, trois niveaux rédactionnels qui se présentent comme suit : un récit primitif qui relatait, de manière assez brève, la dernière visite de Paul à Jérusalem, présentée sous la forme d’un pèlerinage ; une narration plus élaborée qui, dans le but de ramener l’apôtre à Éphèse, a transformé ce voyage en un périple de Paul en Pisidie et en Phrygie-Galatie, accompli tout d’abord vers Jérusalem, c’est-à-dire d’Ouest en Est ; et enfin le travail d’un réviseur qui a fusionné les deux rédactions précédentes en faisant passer l’apôtre par Antioche (de Syrie), donnant ainsi naissance à notre texte actuel’ (p. 123).

Non décidément, si les analyses de l’A. sont intéressantes, il y a plus simple au niveau de la synthèse, et au moins aussi convaincant. Je viens de rappeler plus haut ce que la critique commune dit des versets 19b-21b, je pourrais évoquer aussi la raison du flou du verset 23. Notre A. s’étonne : ’Pourquoi Paul s’est-il rendu à Antioche ? Qu’y a-t-il fait ? Combien de temps y est-il resté ? On ne nous le dit pas’ (p. 25). Et pour cause : Luc a, pour des raisons rédactionnelles, déplacé plus haut, dans la deuxième partie’ d’Ac 15, ce qu’il sait s’être passé à Antioche, un débat et des décisions concernant la commensalité entre pagano et judéo-chrétiens. Sur tout cela, je ne peux que renvoyer à un article publié dans la Revue Biblique (’Peut-on encore parler de ‘Concile’ de Jérusalem ?’, dans RB 109-4 (2002), p. 556-586 : présenté sur ce site dans la chronologie de Paul).

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *