Rhétorique (1ère partie)

Quand Paul évoque en 1 Co 2 ses capacités personnelles dans le domaine de l’expression orale, il est très net : « Quand je suis venu chez vous, frères, ce n’est pas avec le prestige de la parole ou de la sagesse que je suis venu pour annoncer le mystère de Dieu (…) Ma parole et ma prédication n’avaient rien des discours persuasifs de la sagesse ». Ailleurs, en 2 Co 10,9-10, il compare cette expression orale à l’expression écrite : « Je ne veux pas avoir l’air de vous effrayer par mes lettres, car ses lettres, dit-on, ont du poids et de la force ; mais, une fois présent, il est faible et sa parole est nulle ».

Bon à l’écrit, mauvais à l’oral : voilà le carnet scolaire de l’ « élève Paul » tel que l’indiquent ses lettres. Il faut certainement faire la part des choses ; lorsque Paul soutient en 1 Co que sa parole est nulle, cette affirmation a une incidence théologique : il s’agit pour l’apôtre de faire comprendre que les beaux discours masquent la réalité de la croix du Christ.

Mais le problème se complique car, s’il est impossible à l’examinateur d’aujourd’hui d’évaluer la justesse de l’appréciation portée sur l’oral, il ne lui est peut-être pas possible non plus de juger de l’écrit. Car il faut avoir préalablement répondu à une question difficile : ces lettres sont-elles « vraiment » de Paul ? Sont-elles bien sorties de sa propre plume ? A. Brunot l’a pensé autrefois et l’on peut se reporter à son étude [1]. Mais il est légitime aujourd’hui de se demander la pertinence d’un tel travail. Dans son brillant ouvrage sur le style de Paul, déjà évoqué plus haut lorsqu’il a été question des Pastorales, J. Murphy O’Connor a montré que, compte tenu de la part incontestable prise par les secrétaires et surtout par les co-auteurs, on ne peut qu’être très réticent à parler du « style » de Paul [2] : « Dans l’incapacité où nous sommes de déterminer avec précision la contribution d’un coauteur, de délimiter l’importance du travail de secrétariat, de décider du nombre de secrétaires utilisés, il nous est impossible de définir un style de Paul, qui permettrait de repérer des divergences significatives par rapport à la norme » [3].

Je l’ai souligné plus haut : si les Pastorales sont des lettres authentiques de Paul, alors, en l’absence de coauteurs, elles sont les seules à nous permettre de déterminer le style de Paul. Mais alors, du Paul des origines, des années 40…

Faut-il alors fermer ce chapitre aussitôt après l’avoir ouvert ? Non, car s’il s’agit seulement de préciser quelques procédés ou genres littéraires utiles à connaître employés dans les lettres, qu’ils soient ou non directement de l’apôtre, alors un tel travail reste non seulement possible, mais encore utile dans la mesure où il favorise une meilleure lecture des lettres. Par commodité, et faute de pouvoir rendre à chacun ce qui lui revient, nous continuerons donc de parler plus loin de Paul comme s’il était l’unique rédacteur de ses lettres.

Les commentateurs, au fil du temps, ont mis l’accent d’abord sur le style diatribique, puis sur le style rhétorique : quand bien même la diatribe peut apparaître comme un procédé de la rhétorique, on ne peut tout à fait confondre les deux. Peut-on parler d’un style apocalyptique ? Sans doute si l’on considère l’Apocalypse de saint Jean : mais il est difficile de situer dans le même genre les lettres de Paul, à l’exception de quelques passages dans les lettres aux Thessaloniciens. Il vaut donc sans doute mieux traiter de cette influence apocalyptique éventuelle au niveau du contenu, à propos de la théologie paulinienne. En revanche, il existe certains procédés littéraires spécifiques aux lettres de Paul, qui, sans constituer un style, méritent d’être mentionnés. On considérera donc successivement le style rhétorique, puis la spécificité diatribique, avant de s’intéresser aux procédés littéraires particuliers des lettres.

I. La rhétorique

I. 1. Présentation

Depuis plus de vingt ans, les commentateurs de Paul ont remis au premier plan de leurs études sur le style et le contenu des lettres de l’apôtre la considération des genres et des procédés issus de la rhétorique gréco-romaine. Rappelons que les principes en sont connus à partir de quelques ouvrages majeurs [4] :

  • Les oeuvres de la maturité de Cicéron (De oratore, Oratoriae partitiones, De optimo genere oratorum etc.)
  • L’ouvrage anonyme Rhetorica ad Herrenium
  • L’Institutio oratoria de Quintilien

Nos auteurs reconnaissent trois genres principaux dans le discours, et Murphy O’Connor [5] les synthétise dans un tableau, qu’il sait bien sûr réducteur :

Éloquence délibérative

Objectif Obtenir l’adoption ou l’abandon d’une action
Méthode La persuasion ou la dissuasion
Auditoire Doit prendre une décision
Temps L’avenir

Éloquence judiciaire

Objectif Obtenir que justice soit faite
Méthode Accusation ou défense
Auditoire Doit prendre une décision
Temps Le passé

Éloquence démonstrative

Objectif Célébrer des valeurs communes en montrant que quelqu’un est ou non digne d’honneurs
Méthode L’éloge ou le blâme
Auditoire Simple spectateur de l’art de l’orateur
Temps Le présent

H.D. Betz, dans une étude préparant son commentaire de Galates [6], a largement contribué à cette orientation. Il « distribue » la lettre aux Galates selon le schéma suivant, hérité de Quintilien et de Cicéron :

  • Exordium : 1,6-11
  • Narratio : 1,12-2,14
  • Propositio : 2,15-21
  • Probatio : 3,1-4,31
  • Exhortatio : 5,1-6,10
  • Conclusio : 6,11-18

Toute séduisante et suggestive qu’elle soit, et rejoignant d’ailleurs d’autres structurations établies à partir de principes différents, cette distribution – qui est plutôt une mise en forme logique – a quelque chose d’un peu forcé [7] qui conduit son auteur à se justifier au fil du commentaire. On notera en particulier cette remarque : « Il est plutôt étonnant de constater que la parénèse (ou exhortation) ne joue qu’un rôle marginal dans les livres anciens de rhétorique, sinon même dans la rhétorique elle-même » [8]. Le meilleur commentaire de cette tentative de Betz est celui que fournit W.D. Davies dans une longue recension de l’ouvrage de Betz : « Betz a tendance à (…) aller trop directement du monde gréco-romain à l’interprétation de Galates (…) Ce serait un mauvais service à rendre à l’apôtre de confondre le moyen et le message, de se concentrer sur la forme au point de ne pas donner la priorité à l’interprétation pour ce qui concerne la substance de la lettre » [9].

Plus largement, notre recenseur dénonce dans le commentaire de Betz la négligence des liens de Paul et de son environnement avec le judaïsme , et c’est bien ce qui frappe le lecteur : la rigidité de l’analyse formelle menée par Betz se conjugue avec, et résulte pour une part d’une négligence de la « judaïté » de Paul et de ceux qui l’ont aidé dans la composition de ses lettres.

Pourtant, l’application d’un modèle rhétorique aux lettres de Paul n’a cessé de gagner de nouveaux défenseurs, en particulier à la suite du travail pionnier de Kennedy, New Testament Interpretation through Rhetorical Criticism [10]. En langue française, l’un de ses grands protagonistes actuels est J. N. Aletti, dans l’ensemble de ses commentaires de la lettre aux Romains [11]. Remarquons toutefois que celui-ci sait le plus souvent se montrer prudent dans son appréciation de l’importance du modèle rhétorique dans les lettres pauliniennes : « Certes, l’épître reste une lettre, et obéit également aux lois du genre épistolaire ; à l’oublier, trop d’approches rhétoriques récentes tombent dans l’arbitraire » [12].

On est d’autant plus étonné de constater de lire tout récemment sous sa plume : « L’expérience me fait dire que si l’on connaît mal -ou, si l’on ignore, ce qui est plus grave- la rhétorique paulinienne, on ne peut que se méprendre sur les affirmations théologiques concernant la Loi, la justification, et les autres thèmes encore et toujours discutés aujourd’hui » [13]. L’article en question donne au lecteur le sentiment que le moule dogmatique qui avait sévi au début du XXe siècle dans la lecture de l’oeuvre de Paul laisse la place en ce début de XXIe à un moule rhétorique, laissant de côté l’un des points essentiels de la recherche récente : les lettres de Paul sont des lettres ! Ce que ne manque pas de rappeler d’ailleurs avec force, quelques pages plus loin, G. Barbaglio : « Le souci de définir le genre des lettres de Paul est encore plus nettement au centre des études rhétoriques, qui prévalent aujourd’hui dans de nombreux secteurs de la recherche biblique, en particulier dans la rechercher paulinienne, au point de devenir une mode un peu répétitive et scholastique » [14]. Et plus loin, de manière en encore plus sévère : « J’irais jusqu’à dire que les canons de la rhétorique sont des camisoles de force, imposées à des écrits qui se caractérisent par la grande variété des situations concrètes des destinataires et de l’expéditeur, et par la multiplicité des buts poursuivis par l’apôtre dans ses réponses épistolaires » [15].

L’heure est sans doute venue de tenter une évaluation, et l’ouvrage de Murphy O’Connor, déjà cité, sur l’art épistolaire va considérablement nous y aider.

notes:[1] A. BRUNOT, Le génie littéraire de saint Paul, Paris, Cerf, 1955. 

[2] J. MURPHY O’CONNOR, Paul et l’art épistolaire, Paris, Cerf, 1994.

[3] op. cit. p. 61. C’est moi qui souligne.

[4] op. cit. p. 109-110.

[5] op. cit. p. 104.

[6] H. D. BETZ, « The Literary Composition and Function of Paul’s Letter to the Galatians » , dans NTS 21 (1975), p. 353-379 ; et Id., Galatians, Fortress Press, Philadelphie, 19842, p. 14s.

[7] Faut-il voir seulement une coïncidence heureuse dans le fait que cette structure, présentée comme purement littéraire, donne un relief particulier aux versets 15-16 du chapitre 2, traitant de la justification par la foi ?

[8] op. cit. p. 254.

[9] Recension parue d’abord dans Religious Studies Review 7 (1981), p. 310-318, et reprise dans Jewish and Pauline Studies, Londres, SPCK, 1984, p. 172-188, ici p. 176.

[10] G.A. KENNEDY, New Testament Interpretation through Rhetorical Criticism, Chapel Hill/Londres, University of North Carolina Press, 1984.

[11] J. N. ALETTI, « Rm 1,18-3,20. Incohérence ou cohérence de l’argumentation paulinienne », Biblica 69 (1988), p. 47-62. Du même auteur, on verra ensuite : « La présence d’un modèle rhétorique en Romains », Biblica 71 (1990), p. 1-24, ci après nommé Modèles ; Comment Dieu est-il juste ? Clefs pour interpréter l’épître aux Romains, Paris, Seuil, 1991, ci après nommé Clefs, et Israël et la Loi dans la lettre aux Romains, Coll. Lectio Divina n° 173, Paris, Cerf, 1998.

[12] Clefs, p. 31. Et notre auteur de rappeler les avertissements dans le même sens de A. B. du Toit, dans « Persuasion in Rm 1,1-17 », BZ 33 (1989). On peut voir aussi Modèles, p. 11 : « Paul reprend, à sa manière (c’est l’A. qui souligne), le modèle rhétorique grec. Non que ce modèle soit seul à structurer l’épître, mais en nier l’existence reviendrait à s’interdire d’entrer dans la dynamique du raisonnement de l’apôtre ».

[13] J. N. ALETTI, « La réhétorique paulinienne : communication et construction d’une pensée », dans Paul, une théologie en construction, sous la direction de A. Dettwiler, J. D. Kaestli, D. Marguerat, Labor et Fides, Genève, 2004, p. 66.

[14] G. BARBAGLIO, « Les lettres de Paul : contexte de création et communication de sa théologie », Ibid., p. 71.

[15] Ibid., p. 73.

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *